En fait, vous devriez avoir honte, pauvres petits pantins d'une vérité révélée que vous n'êtes pas capables de remettre en question quand bien même elle n'est établie ni sur le plan scientifique ni sur le plan judiciaire! Des myriades de controverses existent que vous croyez pouvoir nier en portant des attaques ad hominem contre ceux qui contredisent avec force arguments les thèses insuffisantes des rapports officiels!
« godspeed » aka « charmord », chez les Sceptiques du Québec

Mon point de vue transcende la controverse au lieu de la trancher - ou pire la nier -, sans avoir la compétence pour ce faire....

« charmord » aka « godspeed », dans les forums de France 2

Ben alors, elles existent ces controverses, ou pas ?

Qu'est-ce que le CEC ?
Le CEC (Comité d'Études sur les Conspirationnistes) est un organe informel de recherches scientifiques fondé implicitement le 5 décembre 2007, date de la première apparition du premier spécimen de conspirationniste carabiné sur un forum de discussions quelconque(s). Un nouveau spécimen y apparaîtra en avril 2008.

Réunissant divers intervenants du groupe en une structure assez lâche et ayant une méthode de travail éhonteusement copiée sur celle du Comité d'Études du Luc2 (CEL2), le CEC essaie depuis ce jour de comprendre les conspirationnistes de la façon la plus globale possible.
Qu'est-ce que le conspirationniste, alors ?
Cette question constitue l'un des principaux champs de recherche du CEC. Vous trouverez sur ce site les informations les plus à jour sur les dernières avancées scientifiques dans ce domaine de la recherche de pointe.
Quels sont les projets du CEC ?
Les études sérieuses sur les conspirationnistes n'en sont encore qu'à leurs premiers balbutiements. De nombreuses questions passionnantes restent en suspens.

Études déjà menées sur les spécimens Connus à ce jour :
⋅ D'où viennent-ils ?

⋅ Pourquoi n'y sont-ils pas resté ?

⋅ Qui sont-ils ?

⋅ À quoi servent-ils ?

⋅ Comment peuvent-ils être ce qu'ils sont ?

⋅ Comment les détecter dès leurs premiers posts ?

⋅ Comment détecter leur présence ?

⋅ À quoi ressemblent-ils ?

⋅ Un humain normal peut-il espérer communiquer avec eux ?

⋅ Quelle logique comprennent-ils ?

⋅ Quel est leur cheminement logique ?

⋅ Peuvent-ils apprendre ?

⋅ Quel langage parlent-ils ?

⋅ Comment mieux les comprendre ? (Dictionnaire des sophismes)

⋅ Sont-ils contagieux ?

⋅ Comment puis-je propager à mon tour ce syndrome ?

⋅ Existe-t-il un traitement efficace et remboursable par les assurances maladies ?

⋅ De quoi se nourrissent-ils ?

⋅ Quel est leur habitat naturel ?

⋅ Sont-ils des prédateurs ?

⋅ Ont-ils des prédateurs ?
Pas le moindre ?
Vous en êtes sûr ?
À 100 % ?
Mais comment on va faire alors ?

⋅ Toute considération morale mise à part, comment s'en débarrasser définitivement ?
Franchement ?
Hein ?
Dites ?
Théories sur leur comportement
      Nous pouvons déduire que les conspirationnistes suivent de façon presque aveugle 10 règles énoncées par Donna Ferentes et validées par le CEC. Elles peuvent être énumérées ainsi :

1. Arrogance
      Ce sont toujours des gens qui cherchent les faits, qui posent des questions et qui tentent de découvrir la vérité. Ceux qui en éprouvent du scepticisme sont toujours des « moutons », des « pantins » de Bush et Blair et autres joyeusetés similaires.

2. Implacabilité
      Ils continueront toujours sur leur lancée à propos d'une conspiration. Peu importe le peu de preuves ou la façon dont cela est discrédité. De plus, si on les lit 98 fois et si vous refusez de le faire à la 99ème, vous serez à nouveau considéré comme un « mouton ». D'ailleurs, ils ne savent jamais résumer leurs pensées et déclament leur prose dans d'énormes proportions.

3. Incapacité à répondre aux questions
      Pour des gens qui font bruyamment savoir leur détermination au principe de tout remettre en question, ils sont plutôt faibles lorsqu'il s'agit de fournir des réponses aux sceptiques à propos de ce qu'ils clament.

4. Enthousiasme pour certaines phrases-clés
      Ceci inclut « Cui bono ? » de Cicéron (dont on peut dire qu'il avait compris l'importance d'avoir des preuves pour soutenir une thèse) et « Une fois que l'on a éliminé l'impossible, ce qui reste est forcément la vérité » de Conan Doyle. Ce qu'ont ces phrases en commun, c'est leur tentative de s'absoudre de toute responsabilité pour produire des preuves irréfutables ; on « élimine l'impossible », tout simplement (C'est-à-dire que les thèses officielles supporteraient mal une étude minutieuse). Ceci implique que la moindre allégation aussi farfelue soit-elle, fondée sur le « cui bono ? » (Qui est comme toujours le gouvernement en place) tient lieu de vérité.

5. Incapacité d'employer ou de comprendre le Rasoir d'Occam
      En plus du § 4, les conspirationnistes ne remarquent jamais que les petites (ou non) incohérences qu'ils croient dénoncer sont minimisées par leurs énormes lacunes en logique, en probabilité et en preuves, et ce, quelle que soit la théorie alternative.

6. Incapacité de faire la différence entre les bonnes et les mauvaises preuves
      Les conspiros ne vérifient jamais leurs dires en soumettant leurs thèses entre eux, n'ont aucune connaissance (scientifique, économique, etc) et font fi de la respectabilité ou non de leurs sources. Le fait que quelque chose a été clamée par quelqu'un n'importe où est suffisant pour eux pour le répéter. Ils exigent qu'on réponde aux questions qu'ils posent, comme si le travail intellectuel consistait à répondre à chaque rumeur. En faisant cela, ils seront persuadés d'être « ouverts d'esprit » et condamnent les sceptiques de ne pas l'être.

7. Incapacité d'avoir tort
      C'est un jour à marquer d'une pierre blanche quand un conspiro admet que ses dires sont infondés, quand ce n'est pas toute sa thèse complète ou les preuves fallacieuses qu'il a fournies. Cependant, ils préfèrent contourner la remise en cause de ce qu'ils affirment en s'appuyant sur un autre fait tout aussi matériel plutôt que de répondre aux objections des sceptiques.

8. Toujours prompts à prématurément conclure
      Les conspiros aiment bien déclarer les versions « officielles » totalement discréditées sans se soucier des causes pour en arriver ainsi. Bien sûr, cela leur permet d'appliquer la citation de Conan Doyle au § 4. Les petites incohérences d'une thèse, les petites questions auxquelles on n'a pas répondu, les petits problèmes de synchronisation dans le déroulement des événements de même nature sont plus qu'adéquats pour déclarer la version « officielle » clairement et définitivement discréditée. Il va sans dire que ce n'est pas nécessaire de prouver que ces inconsistances sont dignes d'intérêt, ou même si elles existent.

9. Utilisation de conspirations précédentes comme une preuve de leurs clameurs
      Cet argument invoque des scandales comme par exemple le Birmingham Six, les attentats de la gare de Bologne, la lettre de Zinoviev, les paillotes corses, etc, dans le but d'essayer de démontrer que leur thèse complotiste a la même importance (parce que « c'est arrivé avant »). Ils ne s'arrêtent jamais pour penser que les conspirations qu'ils dénoncent sont toujours — et de loin — plus compliquées que les complots de la vie réelle avec lesquels ils se comparent ou que le fait que quelque chose d'autre que leur binarisme n'a pas prévu aurait pu potentiellement se passer.

10. C'est toujours un complot. Et c'en est un non ?
      Dès que le corps a disparu, ou que la bombe s'est volatilisée, les mêmes gens produisent toujours les mêmes choses, en exigeant de répondre à des questions, avec la même longueur de propos. Parce que la chose la plus importante à savoir, c'est qu'ils sont incapables de faire la part des choses. Ils ne peuvent différencier une bonne théorie d'une mauvaise, les bonnes preuves des mauvaises, les bonnes sources des mauvaises. Et pour cette raison, ils en viennent toujours aux mêmes réponses lorsqu'ils posent les mêmes questions.

Pour montrer que le CEC n'est pas qu'un endroit austère, notre vénérable institut a mis en place une machine rigolote :

Le crackpot index du 11 septembre
Pour conclure, nous vous rappelons la marche à suivre si les théoriciens du complot vous insupportent grandement :

Coupez Internet, et les conspiros disparaîtront.

Un témoignage qui va dans ce sens

Valid XHTML 1.0 Transitional
Parce que le conspirationnisme a évolué, il fallait que je mette à jour ce site. Finis les petits délires d'altermondialistes qui accusent autrui de leurs insuccès, il y a pire maintenant.

Plus que jamais, l'alt-right ou l'extrême-droite sont devenus de redoutables ennemis qui abusent de slogans simplistes pour mieux faire passer leurs thèses. Les années 2020 seront les nouvelles années 1930.

CEC v2.0 — © 2011-2017 by 240-185
Mail : roundsoftstudioHATTEgmail.com