En fait, vous devriez avoir honte, pauvres petits pantins d'une vérité révélée que vous n'êtes pas capables de remettre en question quand bien même elle n'est établie ni sur le plan scientifique ni sur le plan judiciaire! Des myriades de controverses existent que vous croyez pouvoir nier en portant des attaques ad hominem contre ceux qui contredisent avec force arguments les thèses insuffisantes des rapports officiels!
« godspeed » aka « charmord », chez les Sceptiques du Québec

Mon point de vue transcende la controverse au lieu de la trancher - ou pire la nier -, sans avoir la compétence pour ce faire....

« charmord » aka « godspeed », dans les forums de France 2

Ben alors, elles existent ces controverses, ou pas ?

Qu'est-ce que le CEC ?
Le CEC (Comité d'Études sur les Conspirationnistes) est un organe informel de recherches scientifiques fondé implicitement le 5 décembre 2007, date de la première apparition du premier spécimen de conspirationniste carabiné sur un forum de discussions quelconque(s). Un nouveau spécimen y apparaîtra en avril 2008.

Réunissant divers intervenants du groupe en une structure assez lâche et ayant une méthode de travail éhonteusement copiée sur celle du Comité d'Études du Luc2 (CEL2), le CEC essaie depuis ce jour de comprendre les conspirationnistes de la façon la plus globale possible.
Qu'est-ce que le conspirationniste, alors ?
Cette question constitue l'un des principaux champs de recherche du CEC. Vous trouverez sur ce site les informations les plus à jour sur les dernières avancées scientifiques dans ce domaine de la recherche de pointe.
Quels sont les projets du CEC ?
Les études sérieuses sur les conspirationnistes n'en sont encore qu'à leurs premiers balbutiements. De nombreuses questions passionnantes restent en suspens.

Études déjà menées sur les spécimens Connus à ce jour :
⋅ D'où viennent-ils ?

⋅ Pourquoi n'y sont-ils pas resté ?

⋅ Qui sont-ils ?

⋅ À quoi servent-ils ?

⋅ Comment peuvent-ils être ce qu'ils sont ?

⋅ Comment les détecter dès leurs premiers posts ?

⋅ Comment détecter leur présence ?

⋅ À quoi ressemblent-ils ?

⋅ Un humain normal peut-il espérer communiquer avec eux ?

⋅ Quelle logique comprennent-ils ?

⋅ Quel est leur cheminement logique ?

⋅ Peuvent-ils apprendre ?

⋅ Quel langage parlent-ils ?

⋅ Comment mieux les comprendre ? (Dictionnaire des sophismes)

⋅ Sont-ils contagieux ?

⋅ Comment puis-je propager à mon tour ce syndrome ?

⋅ Existe-t-il un traitement efficace et remboursable par les assurances maladies ?

⋅ De quoi se nourrissent-ils ?

⋅ Quel est leur habitat naturel ?

⋅ Sont-ils des prédateurs ?

⋅ Ont-ils des prédateurs ?
Pas le moindre ?
Vous en êtes sûr ?
À 100 % ?
Mais comment on va faire alors ?

⋅ Toute considération morale mise à part, comment s'en débarrasser définitivement ?
Franchement ?
Hein ?
Dites ?
— NOTE IMPORTANTE —

      L'une des premières difficultés rencontrées lors d'une discussion avec le conspirationniste concerne la définition du mot « argumenter ». Le chercheur sera en effet souvent amené à se demander où se trouvent les arguments que le conspirationniste clame avoir formulés à maintes reprises et de façon si explicite.
      Pour faire simple, nous dirons que pour le conspirationniste, il semble ne pas y avoir de différence importante entre le verbe « argumenter » et le verbe « affirmer ». Du point de vue du conspirationniste, toute affirmation est une argumentation — une argumentation irréfutable, qui plus est.
      Ceci n'est évidemment valable que pour les affirmations du conspirationniste. Ses interlocuteurs, eux, n'argumentent jamais (puisqu'ils ne savent pas raisonner).

      Le lecteur est donc invité à garder ces subtiles notions de rhétorique conspirée en tête lorsqu'il parcourra ce lexique.
Quel est le champ lexical du conspirationniste ?
ARGUMENT (n. m.)
Comme dans :
Regardez ce document qui nous révèle la vérité :
http://www.youtube.com/watch?v=...
Définition : une phrase qui se résume surtout en une succession de signes cabalistiques contenant les mots « Youtube » ou « Dailymotion » dedans.
BOUUUUUUUUUUUH (interj.)
Comme dans :
Bouuuuuuuuh ! Le 11 septembre EST une conspiration !
Définition : interjection prononcée par le conspirationniste pour introduire un discours oral lorsqu'il manifeste devant une cérémonie. Il n'a pas encore été prouvé que la vache est l'ancêtre du conspirationniste.
COLLABO (n.m. ou n.f.)
Comme dans :
Vous défendez la thèse officielle, vous n'êtes que des collabos !
Définition : ce mot est utilisé par le conspirationniste lorsque son interlocuteur vient de lui montrer que toute sa théorie vient de tomber à l'eau ou bien lorsqu'il est à court d'arguments. Pris de rage, le conspirationniste fait un amalgame avec les nazis, les fascistes ou Vichy pour dédaigner tout un forum qui visiblement refuse d'être éclairé par la Vérité Vraie Absolue qu'il distille, considérant que ses contradicteurs ont un agenda politique peu avouable.
DÉGÉNÉRÉ (E) (adj.)
Comme dans :
En réalité, il faudrait continuer à s'endetter pour maintenir le titanic à la surface... ils [n'en] parlent pas ces dégénérés.
Définition : Pour le conspirationniste, est considéré comme « dégénérée » toute personne qui ne pense pas comme lui. Le conspirationniste a toujours raison et se sert de la Vérité pour apprendre à ses interlocuteurs ennemis, par conséquent, toute mise en cause de la Vérité est inacceptable et celui qui a émis ce doute ne mérite que le plus grand des mépris. Cela ne s'applique évidemment pas sur les doutes du conspirationniste.
GAUCHIASSE (n.m. ou n.f.)
Comme dans :
Sale gauchiasse qui aime les arabes et les pédés et qui vit dans un monde de bisounours !
Définition : L'avènement d'Internet et le regain de puissance des nébuleuses d'extrême-droite en empruntant dans un premier temps le vocabulaire de gauche radicale avant d'imposer l'image d'un citoyen fort, viril et testostéroné attaqué par des « faibles ». Toute personne remettant en cause les élucubrations racistes et/ou inégalitaires de ces gens est forcément une personne naïve qui aime se faire sodomiser par François Hollande, le président français entre 2012 et 2017. Le conspi se croit doué d'une capacité à lire entre les lignes alors que très souvent ses analyses tombent à plat, si ce n'est complètement à côté. Dans cette quête de la recherche continuelle du sous-entendu, toute personne qui n'est pas capable d'avoir les mêmes facultés de déduction qu'un conspi sera un pur produit du gauchisme.
GOUVERNEMENT (n.m.)
Comme dans :
Ne vous laissez pas endormir par les gouvernements !
Définition : pour le conspirationniste, c'est LE ennemi à abattre. Naturellement menteur, manipulateur et malhonnête. C'est d'ailleurs une évidence pour les conspiros. Toute personne dubitative de cet état de fait n'est qu'un mouton du gouvernement.
JOURNALOPE (n.f.)
MÉDIAS (n.m.)
Comme dans :
Moi je m'informe avec des sites d'information éclairés, pas des médias de masse animés par des journalopes !
Définition : le conspirationniste abhorre les médias (surtout télévisuels) qu'il considère comme la définition absolue du voyeurisme (et n'hésite pas à prendre pour exemple les magazines télévisés de Jean-Pierre Pernaut) et de la corruption (car ce sont souvent de grandes holdings qui détiennent tout ou partie d'une chaîne de télévision ou d'un journal). Dans cette méfiance absolue de tout ce qui a un rapport plus ou moins lointain avec les transactions financières de masse, le conspirationniste est séduit à l'idée de visiter des sites dits « alternatifs » ou « parallèles » qui se vantent de ne pas suivre les « médias de masse », puisqu'il est persuadé que l'info qui y est relayée n'est pas sponsorisée par de grands groupes d'affaires. Il ne se doute pas que ces sites ne font que sur-interpréter… des dépêches de l'A.F.P. ou de Reuters.
MOUTON (n.m.)
Comme dans :
Vous défendez la thèse officielle, vous n'êtes que des moutons !
Définition : cette référence animalière est utilisée par le conspirationniste lorsqu'il s'aperçoit qu'il ne pourra convaincre son interlocuteur, persuadé que ce dernier fait naïvement confiance aux gouvernements. Cet état d'esprit est la résultante d'un sophisme qui a été également proféré par George W. Bush, personne pourtant la plus honnie des conspirationnistes ; « Si vous n'êtes pas avec nous, alors vous êtes contre nous ». Ce théorème permet alors aux conspirationnistes de se trouver un ennemi adéquat dans lequel il ne verra en lui que de la rancune animée par le désir de vaincre son ennemi, le conspirationniste.
NÉO-CONSERVATEUR (n.m.)
Comme dans :
Les Neocons ne gouverneront pas le monde !
Définition : Les théories du complot se sont diffusées un temps dans les milieux d'extrême-gauche à une époque où l'extrême-droite s'affaiblissait. Pour ces gens-là, le néo-conservateur était forcément puissant car c'était une personne de droite, riche, uniquement motivée par le désir d'écraser ses inférieurs. Cette vision caricaturale était établie en Vérité Absolue (et le reste dans des cas particuliers). Très souvent, le conspirationniste est dans la vraie vie quelqu'un qui a de très grandes difficultés à appréhender le modèle économique et social occidental (dans le sens où il ne s'y est jamais intégré — plutôt que de réfléchir sur ses capacités réelles, le cas social conspirationniste ira blâmer autrui ; il n'a pas le recul nécessaire pour voir ses faiblesses. Normal pour quelqu'un qui a toujours raison).
NOUVEL ORDRE MONDIAL (conn.)
Comme dans :
Le N.O.M. est parmi vous ! Le groupe Bilderberg vous contrôle déjà !
Définition : le conspirationniste invoque toujours ce groupe supposé être ultra-secret pour justifier pourquoi il préfère croire en une version alternative délirante plutôt que des scientifiques payés par un gouvernement car justement, qui dit « payer » dit « corrompre » (Autre dogme tautologique du conspirationniste). Bien souvent, ce n'est qu'un prétexte invoqué par le conspiro pour éviter qu'il puisse expliciter en détail ses croyances tordues.
PENSÉE UNIQUE (n. f.)
Comme dans :
Nous sommes fiers de défier la pensée unique distillée par TF1 et compagnie !
Définition : le conspirationniste est conforté dans l'idée que puisque ses idées alternatives et séduisantes ne sont pas partagées par une majorité de gens, alors elles sont justes. De ce fait, il verra toute personne qui le contredira comme une entité incapable de penser par elle-même, « contaminée » par ce qu'il pense être un formatage des médias. Aucun chercheur du CEC n'a réussi à déterminer à ce jour ce qu'il pourrait arriver si les idées farfelues du conspirationniste devenaient majoritaires : serait-il alors obligé de penser plus rationnellement étant donné qu'il refuse à tout prix de penser comme « l'élite » ? Seul l'avenir le dira...
QUESTION (n.f.)
Comme dans :
Hé ! Je ne fais que poser des questions !
Définition : quand on commence à montrer au conspirationniste que ce qu'il pense n'est pas fondé, ce dernier se réfugie derrière ce principe de doute, en lequel il affirme ne chercher que la vérité. Cela lui permet de se dégager de toute responsabilité dans les propos qu'il a pu tenir auparavant, persuadé que ses interlocuteurs auront la mémoire courte.
SCEPTIQUE (n.m. ou n.f.)
Comme dans :
Vous n'êtes pas de vrais sceptiques puisque vous défendez la thèse officielle !
Définition : le schéma de pensée du conspirationniste est simple ; toute personne qui doute sera, par le seul fait de douter, une personne sensée, ouverte et intelligente. À l'inverse, ceux qui ne pensent pas comme lui seront de facto des personnes obtues, fermées et stupides. Le conspirationniste ressent alors la nécessité de convaincre définitivement ces personnes en lesquelles il croit voir de la stupidité.
SYSTÈME (n.m.)
Comme dans :
Vous êtes un pur produit du système !
Définition : Le conspi s'imagine enfermé dans un « système » dont il doit s'en défaire. Cependant, il ne dit jamais en quoi consiste ce « système » qui devrait être honni par quiconque s'intéresse à ses combats. En restant ainsi vague, le conspi tente désespérément de réclamer une sympathie qui n'a rien de légitime.
VÉRITÉ (n.f.)
Comme dans :
La vérité se saura !
Définition : concept largement illusoire en lequel croit le conspirationniste. Pour lui, la « vérité » sera le point final de sa quête une fois qu'elle sera sue, même si pour cela, il doit interpréter les faits de manière empirique. Le conspirationniste ayant par définition toujours raison, toute interprétation des faits aussi biaisée soit-elle ne sera que l'expression de *sa* vérité. La vérité est donc pour le conspiro un moyen et une conséquence à la fois.

Pour montrer que le CEC n'est pas qu'un endroit austère, notre vénérable institut a mis en place une machine rigolote :

Le crackpot index du 11 septembre
Pour conclure, nous vous rappelons la marche à suivre si les théoriciens du complot vous insupportent grandement :

Coupez Internet, et les conspiros disparaîtront.

Un témoignage qui va dans ce sens

Valid XHTML 1.0 Transitional
Parce que le conspirationnisme a évolué, il fallait que je mette à jour ce site. Finis les petits délires d'altermondialistes qui accusent autrui de leurs insuccès, il y a pire maintenant.

Plus que jamais, l'alt-right ou l'extrême-droite sont devenus de redoutables ennemis qui abusent de slogans simplistes pour mieux faire passer leurs thèses. Les années 2020 seront les nouvelles années 1930.

CEC v2.0 — © 2011-2017 by 240-185
Mail : roundsoftstudioHATTEgmail.com